www.archive-be.com » BE » C » CENTREDUCANCER.BE

Total: 901

Choose link from "Titles, links and description words view":

Or switch to "Titles and links view".
  • Centre du Cancer - Cliniques Universitaires Saint Luc
    sont envisagées la greffe du tissu ovarien et la culture de follicules in vitro L approche de greffe de tissu cortical est actuellement la plus prometteuse Notre équipe a récemment obtenu la toute première naissance après greffe orthotopique de tissu cortical ovarien décongelé chez une patiente après guérison d un lymphome Hodgkinien 2 figure 4 Depuis 2004 ce succès a été confirmé dans le monde par une autre naissance deux grossesses cliniques et une grossesse biochimique après autotransplantation de tissu ovarien cryopréservé Au sein de notre institution hospitalière sept patientes ont bénéficié d une réimplantation de leur tissu ovarien décongelé Chez ces patientes la technique de greffe de fragments ovariens a permis la restauration de l activité ovarienne et dès lors de cycles menstruels réguliers La greffe de tissu ovarien nécessité de poursuivre la recherche expérimentale Ces résultats prouvent que l autotransplantation de cortex ovarien cryopréservé est cliniquement applicable Cependant avant de proposer cette technique dans la pratique clinique courante il nous paraît essentiel de poursuivre la recherche expérimentale dans ce domaine afin de 1 de maximiser les chances d obtenir une grossesse spontanée 2 développer de nouvelles options pour les indications comportant un risque de métastase ovarienne telles que leucémies cancers du sein et de l ovaire Plusieurs études réalisées sur modèle murin dont celles de notre laboratoire montrent que la greffe du cortex ovarien humain entraîne une perte de 50 à 65 des follicules primordiaux et de la totalité des follicules en croissance Cette dégénérescence folliculaire serait liée à l ischémie consécutive au délai de 2 à 5 jours dans la néovascularisation du greffon mais les mécanismes impliqués n ont pas été caractérisés Développement de nouvelles stratégies de greffe répondant aux différentes indications cliniques Afin de proposer le mode de transplantation qui convient le mieux en fonction de chaque situation clinique type de cancer risque de transmission âge trois options sont investiguées La congélation et l autogreffe de cortex ovarien dont nous venons de démontrer l applicabilité en clinique La congélation et l autogreffe de l ovaire entier réduisant les problèmes associés à l ischémie La cryopreservation et l autogreffe de follicule isolés évitant le risque de retransmission de cellules malignes via le greffon La greffe de follicules isolés une nouvelle stratégie de greffe ovarienne La greffe de follicules isolés présente plusieurs avantages par rapport à la greffe tissulaire 1 il n y a pas de risque de transmission de cellules malignes dans le greffon car le follicule primordial est une structure avasculaire protégée par sa membrane basale 2 la population folliculaire peut être caractérisée avant retransplantation 3 il y a moins de problèmes liés à l ischémie Cette approche a été appliquée avec succès dans un modèle expérimental Les protocoles d isolement et de récupération folliculaire que nous avons mis au point préservent mieux l intégrité des follicules humains 3 et permettent désormais d envisager le développement de cette technique chez l humain Les follicules pourront être regreffés au niveau du cortex ovarien de la patiente dont les cellules stromales pourraient servir de support à la croissance folliculaire Nous avons pu démontrer la survie et la croissance de follicules ovariens humains après isolation et xénogreffe L ultrastructure des follicules greffés à court terme est bien préservée et certains follicules ont débuté leur croissance folliculaire après une semaine de greffe Après 4 mois de greffe nous avons pu grâce à une supplémentation de FSH obtenir des follicules antraux Ces résultats nous encouragent à poursuivre la recherche dans ce domaine Le défi consiste à présent à standardiser les techniques d isolement folliculaires et de greffe de follicules isolés et à les optimaliser dans une optique d application clinique Cryopréservation et greffe d ovaire entier avec pédicule vasculaire La greffe de l ovaire entier avec réanastomose permet d éviter le problème de revascularisation du greffon La greffe d un ovaire cryopréservé avec son pédicule vasculaire a permis de rétablir la fertilité chez le rat et la brebis Le premier challenge afin d appliquer cette approche à l ovaire humain à consisté à mettre au point une technique de congélation adaptée à l ovaire humain plus volumineux Notre équipe a tout récemment publié un protocole de congélation lente de l ovaire humain in toto impliquant une perfusion de cryoprotecteur dans l artère ovarienne qui permet d obtenir un bon taux de survie du stroma des vaisseaux et des follicules 75 Après cryopréservation l ultrastructure des différents compartiments cellulaires est préservée 4 et aucun signe d apoptose n a été mis en évidence pas de fragmentation d ADN détectée par la technique de TUNEL et pas de caspase 3 active détectée par immunohistochimie L intégrité du réseau vasculaire est maintenue ce qui constitue un point particulièrement critique pour l application de cette approche L optimalisation des techniques chirurgicales de dissection canulation et perfusion de l artère ovarienne est en cours Conclusion Grâce aux progrès conjugués dans le domaine de l oncologie et de la cryopréservation du tissu ovarien non seulement l espérance de vie des jeunes patientes cancéreuses a augmenté mais également leur qualité de vie de par l immense espoir de restauration de la fertilité que leur apporte la cryopréservation du tissu ovarien Références 1 Donnez J Martinez Madrid B Jadoul P Van Langendonckt A Demylle D Dolmans MM 2006 Ovarian tissue cryopreservation and transplantation a review Hum Reprod Update 12 519 35 2 Donnez J Dolmans MM Demylle D Jadoul P Pirard C Squifflet J Martinez Madrid B Van Langendonckt A 2004 Livebirth after orthotopic transplantation of cryopreserved ovarian tissue Lancet 364 1405 10 3 Dolmans MM Michaux N Camboni A Martinez Madrid B Van Langendonckt A Nottola SA Donnez J 2006 Evaluation of Liberase a purified enzyme blend for the isolation of human primordial and primary ovarian follicles Hum Reprod 21 413 20 4 Martinez Madrid B Camboni A Dolmans MM Nottola SA Macchiarelli G Van Langendonckt A Donnez J 2006 Apoptosis and ultrastructural assessment after cryopreservation of whole human ovaries with their vascular pedicle Fertlity and Sterility online Dec 2006 Légende des figures Figure 1 Par voie laparoscopique plusieurs fragments de cortex ovarien sont prélevés Figure 2 Les fragments sont immédiatement transférés au milieu de cultures appropriées Figure 3 Création de la fenêtre péritonéale par voie laparoscopique et greffe des fragments à proximité de l extrémité de la trompe de Fallope Figure 4 En octobre 2004 naissait Tamara le premier bébé au monde né après greffe de tissu ovarien cryopréservé Haut de la page Evolution dans la stadification clinique du cancer bronchique L arrivée de l échographie endobronchique Docteur Thierry Pieters Pneumologue et le groupe d oncologie thoracique Le cancer bronchique est la première cause de décès liée au cancer dans le monde avec une espérance de vie globale de 15 à 5 ans En Belgique le cancer bronchique représentait en 1998 vingt et un des cancers chez l homme soit la deuxième place juste après le cancer de la prostate 25 et 5 des cancers chez la femme Comme pour le reste du monde industrialisé la mortalité par cancer bronchique tend à diminuer pour l homme mais augmente chez la femme ce qui suit en fait les modifications correspondantes de la consommation de tabac Le stade de la maladie au moment du diagnostic en est le principal facteur pronostique Figure 1 et détermine le traitement Pour le cancer bronchique non à petites cellules NSCLC qui est le type le plus fréquent 80 en général 84 des patients suivi par le Groupe d Oncologie Thoracique en 2005 à Saint Luc la chirurgie est recommandée pour les cancers limités au poumon et aux ganglions hilaires les stades I et II tandis que la chimiothérapie couplée à la radiothérapie parfois la chirurgie aussi est proposée lorsque la tumeur envahit les ganglions médiastinaux les stades III et la chimiothérapie seule en cas de métastases ailleurs les stades IV Dans les années nonante on a calculé que jusqu à 10 des thoracotomies ne mènent à aucune résection tumorale et de 25 à 35 des interventions se soldent par une récidive tumorale Ceci fait dire à d aucuns que la chirurgie est futile ou non nécessaire chez près de 45 des patients Les recommandations internationales prônent de réaliser une stadification la plus précise possible et d effectuer un prélèvement chez tous les patients porteurs d adénopathies médiastinales avant toute intervention chirurgicale L imagerie médicale nous permet de localiser les ganglions pathologiques Le CT scan thoracique est la méthode la plus habituelle mais n a pas une bonne sensibilité 57 ou spécificité 82 Sa valeur prédictive négative n est que de 82 Le PET scan qui se base sur la captation du FDG fluoro désoxy glucose par les cellules très métaboliques comme les cellules tumorales obtient une meilleure sensibilité 84 et spécificité 89 avec une valeur prédictive négative de 93 Dès lors un PET négatif au niveau médiastinal autorise à proposer une intervention chirurgicale à visée curative Pour ce qui est des prélèvements plusieurs techniques sont disponibles Elles sont souvent complémentaires car une seule ne permet pas d accéder à toutes les stations médiastinales La médiastinoscopie est encore considérée comme le gold standard Elle nécessite une anesthésie générale et est grevée d une morbidité de 0 5 à 2 5 L intervention peut maintenant se dérouler en hospitalisation de jour Une autre approche est la ponction transbronchique à l aveugle mais guidée par le CT Scan La sensibilité varie de 29 à 100 et la spécificité atteint 99 Les résultats dépendent beaucoup de l incidence des ganglions anormaux dans la population étudiée Depuis une dizaine d années une autre technologie a vu le jour l échographie couplée à l endoscopie Initialement montée sur des endoscopes utilisés pour les oesogastroscopies les progrès récents ont permis une miniaturisation plus importante permettant son utilisation au bout de mini sondes pouvant être introduite dans des endoscopes bronchiques Il s agit d une échographie radiaire car l image couvre 360 Sous anesthésie locale il est possible d explorer le médiastin par voie endobronchique de repérer les ganglions suspects Une ponction dite transbronchique est alors possible dans un deuxième temps La sensibilité diagnostique atteint 90 dans la majorité des études et la spécificité 100 La valeur prédictive négative reste modeste de l ordre de 70 Cela signifie qu en cas de ponction négative la médiastinoscopie reste toujours indiquée Il est devenu possible aujourd hui de ponctionner en temps réel sous contrôle endoscopique les anomalies médiastinales Les gastro entérologues furent les premiers à disposer de cet outil On parle d EUS pour Esophageal UltraSonography Les progrès de la technologie ont abouti à la conception d endoscopes autorisant également cette technique au niveau bronchique tout en conservant l image endoscopique classique en lumière blanche On la désigne par l abréviation EBUS pour EndoBronchial UltraSonography Le service de pneumologie des Cliniques Universitaires Saint Luc vient d acquérir le troisième exemplaire en Belgique Olympus BF UCT 160 Figure 2 L échographie est dite linéaire La position de l aiguille de ponction est connue avec précision ce qui est un atout important dans l environnement très vasculaire qu est le médiastin Figure 3 Les données de la littérature sont très optimistes Dans une étude prospective japonaise portant sur 108 patients successifs ayant un cancer bronchique confirmé ou suspecté avec une adénopathie médiastinale de plus d un cm la sensibilité spécificité et valeur prédictive négative sont de l ordre de 95 100 et 90 respectivement A ce jour les résultats personnels obtenus après le 40 premiers examens sont en accord avec ceux de la littérature une sensibilité de 85 et une spécificité de 100 Dans un cas sur trois ou quatre il est maintenant possible d éviter la chirurgie pour établir la stadification médiastinale La technique ne peut aborder toutes les stations ganglionnaires figure 4 Elle reste donc complémentaire des autres techniques Cependant plus de 90 des adénopathies suspectes dans le contexte d un cancer bronchique se retrouvent parmi les stations 2 à 7 L acquisition de cet outil permettra de mettre en route des protocoles d études pour affiner la place de cette technique en oncologie dans l environnement technologique de notre pays L EBUS permettra aussi de faciliter le diagnostic des atteintes métastatiques de cancers extrathoraciques sein colon rein et de pathologies non malignes du médiastin comme la sarcoïdose ou la tuberculose Légende des figures Figure 1 Survie à 5 ans en fonction du stade du cancer bronchique non à petites cellules Figure 2 Image virtuelle de l environnement médiastinal Figure 3 L endoscope Olympus BF UCT 160 et une image endoscopique montrant l aiguille de ponction dans un ganglion Figure 4 Complémentarité de la médiastinoscopie de l EUS et de l EBUS dans le staging du cancer bronchique Haut de la page L approche thérapeutique de la leucémie myéloïde aiguë Professeur Augustin Ferrant Hématologue Le traitement de la leucémie myéloïde aiguë Figure 1 a considérablement évolué durant les trois dernières décennies Alors que les longues rémissions étaient exceptionnelles avant 1970 le taux de guérison des patients en rémission âgés de moins de 45 ans est actuellement de 40 à 45 Le traitement d induction de la rémission est presque standardisé mais il existe toujours des controverses sur le meilleur traitement à administrer une fois la rémission obtenue Les patients à haut risque de rechute sont mieux identifiés grâce à la cytogénétique et la biologie moléculaire et les traitements optimaux pour consolider et maintenir la rémission doivent être sélectionnés en conséquence De nouveaux concepts thérapeutiques comme les intensifications avec sauvetage par greffe de précurseurs hématopoïétiques l utilisation de facteurs de croissance hématopoïétiques les anticorps sont entrés en scène Le traitement d induction de la rémission Les traitements d induction permettent d obtenir une rémission complète chez 70 80 des patients âgés de moins de 60 ans Chez les patients plus âgés ce taux de rémission est de 50 Les schémas thérapeutiques pour induire des rémissions sont à base d une anthracycline surtout l idarubicine et la cytosine arabinoside Des tentatives d améliorer le taux de rémission en modifiant le traitement d induction n ont pas été fructueuses L introduction d autres anthracyclines la modification des doses de chimiothérapie l adjonction d autres cytostatiques ne se sont pas avérés plus efficaces que l association d idarubicine et de cytosine arabinoside Le traitement post rémission Le but de ce traitement est d éliminer la maladie résiduelle Chez les plus jeunes 60 ans le traitement le plus efficace est à base de cytosine arabinoside à hautes doses avec une anthracycline L intensification ainsi réalisée donne de meilleurs résultats que ceux obtenus par chimiothérapie conventionnelle Le traitement de consolidation intensification doit comprendre un minimum de deux cures L allogreffe de cellules hématopoïétiques Les traitements myéloablatifs avec allogreffe ou autogreffe de cellules hématopoïétiques visent à éradiquer la maladie résiduelle de manière plus efficace que la chimiothérapie dite conventionnelle L allogreffe de cellules hématopoïétiques apporte en plus un effet greffon contre leucémie c est à dire que les cellules lymphoïdes dans le greffon reconnaissent les cellules leucémiques et exercent sur elles une toxicité cytolytique L allogreffe de cellules hématopoïétiques d un donneur HLA identique effectuée en première rémission résulte en une probabilité de survie sans leucémie de 50 60 Toutefois la probabilité de décès causé par le traitement reste de 25 30 La principale complication en cause est la maladie du greffon contre l hôte Néanmoins d autres toxicités comme celles liées aux infections peuvent être responsables de décès Le décès par mortalité toxique est moindre avec les greffes à conditionnement d intensité réduite Il est toutefois possible que la limitation de l intensité du traitement de conditionnement s accompagne d une efficacité antileucémique moindre Une étude est en cours comparant les deux approches l allogreffe avec conditionnement myéloablatif et l allogreffe à conditionnement non myéloablatif Dans ces dernières greffes c est l effet greffon contre leucémie qui devrait apporter le plus grand effet pour l élimination de la maladie résiduelle L autogreffe de cellules hématopoïétiques L autogreffe de cellules hématopoïétiques chez les patients en première rémission est un traitement utile parce qu en l absence de maladie du greffon contre l hôte la toxicité est moindre que celle observée après allogreffe et ceci est surtout le cas depuis l introduction des greffes de cellules souches du sang périphérique Toutefois en l absence d effet greffon contre leucémie la probabilité de rechute 40 est plus grande qu après allogreffe 20 30 Chimiothérapie à hautes doses allogreffe ou autogreffe de cellules hématopoïétiques en première rémission Considérant les analyses des études de Phase III basées sur le principe de l intention de traiter il apparaît que la greffe allogénique la greffe autologue et la chimiothérapie d intensification apportent une probabilité de survie sans rechute à trois ans d environ 50 L allogreffe se caractérise par une toxicité plus importante malgré un meilleur effet antileucémique Alternativement la toxicité de la chimiothérapie et de l autogreffe sont plus faibles mais la probabilité de rechute est plus importante Dans le but de mieux sélectionner les patients soit pour une allogreffe soit pour un traitement chimiothérapique plus intensif ou une autogreffe des facteurs de pronostic ont été établis Facteurs de pronostic Il est difficile d affirmer qu il existe pour une maladie toujours associée à une mortalité importante des facteurs de pronostic favorable Néanmoins certains facteurs peuvent prédire une évolution défavorable alors que d autres caractéristiques indiqueront une réponse à la chimiothérapie conventionnelle ou à des médications particulières comme l acide transrétinoïque VesanoïdR dans la leucémie aiguë promyélocytaire Les facteurs de pronostic peuvent être divisés en deux catégories D une part ceux qui prédisent la survie à un traitement intensif âge index de performance fonction rénale et hépatique et d autre part ceux qui prédisent l entrée en rémission complète et le maintien de celle ci Parmi ces derniers la cytogénétique est d une importance majeure La translocation chromosomique t 8 21 l inversion du chromosome 16 la translocation t 15 17 sont de bon pronostic Un caryotype normal diploïde est de pronostic intermédiaire Les anomalies
    http://www.centreducancer.be/fr/show/newsletters/id/3 (2013-03-20)


  • - L’accueil du patient et de ses proches - Centre du Cancer - Cliniques Universitaires Saint Luc
    Comment prendre rendez vous Où nous trouver Parking Informations pratiques Visites et logement Les examens médicaux A propos du cancer Nos experts Services aux patients et aux familles La recherche L enseignement Presse Actualités Faire un don Contact Nos Vidéos L accueil du patient et de ses proches Recherche Disclaimer Sitemap Cliniques Universitaires St Luc Av Hippocrate 10 1200 Bruxelles Belgique Tél 02 764 11 11 FAX 02 764 37
    http://www.centreducancer.be/fr/show/index/section/3/page/culture+url; (2013-03-20)

  • - A propos du cancer - Centre du Cancer - Cliniques Universitaires Saint Luc
    de tumeurs Nos experts Services aux patients et aux familles La recherche L enseignement Presse Actualités Faire un don Contact Nos Vidéos A propos du cancer Recherche Disclaimer Sitemap Cliniques Universitaires St Luc Av Hippocrate 10 1200 Bruxelles Belgique Tél
    http://www.centreducancer.be/fr/show/index/section/5/page/culture+url; (2013-03-20)

  • - Services aux patients et aux familles - Centre du Cancer - Cliniques Universitaires Saint Luc
    experts Services aux patients et aux familles Le Coordonnateur de soins en oncologie Le soutien psychologique Le service social Aide à la douleur Autres services Nos partenaires extérieurs L Espace Bien Etre Le Service diététique La recherche L enseignement Presse Actualités Faire un don Contact Nos Vidéos Services aux patients et aux familles Recherche Disclaimer Sitemap Cliniques Universitaires St Luc Av Hippocrate 10 1200 Bruxelles Belgique Tél 02 764 11
    http://www.centreducancer.be/fr/show/index/section/7/page/culture+url; (2013-03-20)

  • Nos Experts - Centre du Cancer - Cliniques Universitaires Saint Luc
    DEGEE Julie Tumeurs de l oesophage et de l estomac Mme DELROISSE Stéphanie Mme GEERAERT Vanessa Tumeurs de la peau Clinique du mélanome Mme ROKBANI Leila Tumeurs de la tête et du cou Mme GEERAERT Vanessa Tumeurs du sein Mme COLMANT Maud Tumeurs du système nerveux central Mme DENOEL Catherine Tumeurs gynécologiques pelviennes Mme LIEUTENANT Frédérique Tumeurs hépato bilio pancréatiques Mme DELROISSE Stéphanie Tumeurs oculaires Mme ROKBANI Leila Tumeurs thoraciques
    http://www.centreducancer.be/fr/experts/specialityExperts/speciality/35 (2013-03-20)

  • Coordonnées Espace Bien-Etre - Services aux patients et aux familles - Centre du Cancer - Cliniques Universitaires Saint Luc
    prendre rendez vous par téléphone tous les jours ouvrables entre 9h00 et 12h00 ou par e mail Tel 02 764 45 28 laissez un message si répondeur Mail espacebienetre saintluc uclouvain be Si vous êtes hospitalisé n hésitez pas à demander au personnel soignant de contacter la Cellule Bien Être pour bénéficier de tous ces soins Les services de notre Espace Bien Etre sont réservés exclusivement aux patients en cours
    http://www.centreducancer.be/fr/show/index/section/7/page/91/title/Coordonn%C3%A9es+Espace+Bien-Etre (2013-03-20)

  • Les mécènes de l'Espace Bien-Etre - Faire un don - Centre du Cancer - Cliniques Universitaires Saint Luc
    La Fondation Saint Luc promeut et finance la recherche clinique la formation l innovation médicale et l investissement dans les technologies du futur Elle est l unique porte de mécénat aux Cliniques universitaires Saint Luc Ensemble la Fondation et ses mécènes contribuent à faire progresser la médecine et permet aux patients de bénéficier d une hospitalisation à visage toujours plus humain Madame Christiane Berghmans Waucquez généreuse et fidèle mécène de la Fondation Saint Luc soutient cette initiative par son projet Xiane La Fondation Mimi Mettre du soleil dans la vie des patients est déjà une thérapie La Fondation Mimi agit dans le but d améliorer concrètement le confort physique et psychologique des patients atteints d un cancer plus particulièrement pendant leur traitement Dans les espaces de soins décorés pour créer un cadre propice à la détente le patient peut se recentrer sur son bien être physique et moral recevoir des conseils en coiffure s évader le temps d un massage et se sentir en confiance Recherche Faire un don Comment faire un don au Centre du cancer en savoir plus La recherche clinique En savoir plus Agenda Mardi 26 mars 2013 à 20h Conférence au profit du Télévie en savoir
    http://www.centreducancer.be/fr/show/index/section/12/page/92/title/Les+m%C3%A9c%C3%A8nes+de+l%27Espace+Bien-Etre (2013-03-20)

  • Liste des études en cours - La recherche - Centre du Cancer - Cliniques Universitaires Saint Luc
    42 15 Randomised Phase II study of biweekly versus fractionated triweekly combination Taxotere Cisplatin 5FU in advanced gastric and gastro esophageal junction cancer DOGE Sponsor Institut Jules Bordet Principal Investigator Dr M Van Den Eynde Contact Mme Aude Ingels 02 764 42 15 A Phase 3 Multicenter Randomized Double Blind Placebo Controlled Study of Rilotumumab AMG 102 with Epirubicin Cisplatin and Capecitabine ECX as First line Therapy in c Met Enriched Advanced Gastric or Gastroesophageal Junction Adenocarcinoma Sponsor Amgen Principal Investigator Dr M Van Den Eynde Contact Mme Aude Ingels 02 764 42 15 Ouverture à déterminer Tumeurs de la peau Clinique du mélanome Cutaneous Melanoma A randomized phase III open label multicenter two arm study to compare the efficacy of Tasigna versus dacarbazine DTIC in treatment of patients with metastatic and or inoperable melanoma harboring a c kit mutation TEAM Sponsor Novartis Principal Investigator Prof J F Baurain Contact Mme Karoline Amann 02 764 54 27 Phase I II study of peptide vaccination associated with tumoral immunomodulation with pro inflammatory and imiquimod in patients with advanced metastatic melanoma LUC 10 002 Sponsor Cliniques Universitaires Saint Luc Principal Investigator Prof J F Baurain Contact Mr Jérôme Degueldre 02 764 75 33 Phase I II study of therapeutic vaccination with escalating doses of Theravac a proteinic vector targeting dendritic cells coupled to a melanoma antigen in patients with advanced metastatic melanoma LUC 09 003 Sponsor Cliniques Universitaires Saint Luc Principal Investigator Prof J F Baurain Contact Mme Karoline Amann 02 764 54 27 A multicentre open label randomized phase II trial of the MEK inhibitor Pimasertib or dacarbazine in previously untreated subjects with N Ras mutated locally advanced or metastatic malignant cutaneous melanoma Sponsor Merck Principal Investigator Prof J F Baurain Contact Mme Karoline Amann 02 764 54 27 A phase III randomised open label study comparing the combination of the BRAF inhibitor GSK2118436 and the MEK inhibitor GSK1120212 to the BRAF inhibitor vemurafenib in subjects with advanced stage IIIc or metastatic stage IV BRAF V600E K mutation positive melanoma MEK116513 Sponsor GSK Principal Investigator Prof J F Baurain Contact Mme Karoline Amann 02 764 54 27 A randomized double blinded phase 3 study of ipilimumab at 3 mg kg vs at 10 mg kg in patients with previously treated or untreated un resectable or metastatic melanoma IPILI Sponsor Principal Investigator Prof J F Baurain Contact Mme Karoline Amann 02 764 54 27 Phase I II study of peptide vaccination with GM CT 01 a galactomanan oligomer that inhibits galectin 3 in patients with advanced metastatic melanoma DAVANAT LUC 10 001 Sponsor Principal Investigator Prof J F Baurain Contact Mr Jérôme Degueldre 02 764 75 33 A phase 3 clinical trial to evaluate the safety and efficacy of treatment with 2mg intralesional Allovectin 7 compared to Dacarbazine or Temozolomide in subjects with recurrent metstatic melanoma VICAL Sponsor Principal Investigator Prof J F Baurain Contact Mr Jérôme Degueldre 02 764 75 33 Squamous cell Carcinoma A phase II randomised double blind study of efficacy and safety of two dose levels of LDE225 in patients with locally advanced or metastatic basal cell carcinoma CLDE Sponsor Novartis Principal Investigator Dr F Cornelis Contact Mme Karoline Amann 02 764 54 27 Tumeurs de la tête et du cou A randomized open label phase III study to evaluate the efficacy and safety of oral afitinib BIBW2992 vs methotrexate in patient with recurrent or and metastatic head and neck squamous carcinoma who have progressed after platinum based chemotherapy Sponsor Boehringer Ingelheim Principal Investigator Prof J P Machiels Contact Mme Liza Nguyen Gia 02 764 12 74 Assesmennt of regional response with PET FDG in advanced head and neck squamous cell carcinoma PET N GETTEC Sponsor Cliniques Universitaires Saint Luc Principal Investigator Prof M Hamoir Contact Mme Liza Nguyen Gia 02 764 12 74 Expression of intracellular and mambranair protein by a treatment of chemoradiation in squamous cell carcinoma of the oropharynx EPI Sponsor Cliniques Universitaires Saint Luc Principal Investigator Prof V Grégoire Contact Mme Liza Nguyen Gia 02 764 12 74 Randomized phase II study of cabazitaxel versus methotrexate in patients with recurrent or metastatic squamous cell carcinoma of the head and neck previously treated with platinum based therapy RACATREX Sponsor Cliniques Universitaires Saint Luc Principal Investigator Prof J P Machiels Contact Mme Aline Gillain 02 764 54 70 Neoadjuvant afatinib based treatment strategies followed by surgery in squamous cell carcinoma of the head and neck EORTC90111 24111 2011 005820 17 Sponsor EORTC Principal Investigator Prof J P Machiels Contact Mme Liza Nguyen Gia 02 764 12 74 Tumeurs du sein An open label multi center expanded access study for postmenopausal women with estrogen receptor positive locally advanced or metastatic breast cancer who have progressed following prior endocrine therapy investigating the treatment of everolimus RAD001 in combination with exemestane Sponsor Novartis Principal Investigator Prof J F Baurain Contact Mme Nathalie Blondeel 02 764 42 14 A double blind randomized placebo controlled phase I II study evaluating the safety immunogenicity and clinical activity of neoadjuvant treatment with WT 1A10 AS15 Antigen Specific cancer Immunotherapeutic in combination with standard therapy in patients with WT1 positive stage II or III breast cancer INDUCTWT1 Sponsor GSK Principal Investigator Prof J F Baurain Contact Mme Nathalie Blondeel 02 764 42 14 A randomized study that compares trastuzumab and chemotherapy trastuzumab plus docetaxel followed by FEC to the same therapy followed by single agent trastuzumab as adjuvant treatments for early breast cancer Phase III SOLD Sponsor Université d Helsinki Principal Investigator Prof J F Baurain Contact Mme Nathalie Blondeel 02 764 42 14 A phase I multicenter open label study of LFA120 administered intravenously in patients with prolactin receptor positive castration resistant prostate cancer or prolactin receptor positive metastatic breast cancer CLFA102X2102 Sponsor Novartis Principal Investigator Prof J P Machiels Contact B Vanderelst 02 764 42 99 A Moxhon 02 764 42 17 A multicenter single arm study of trastuzumab emtansine T DM1 in Her2 positive locally advanced or metastatic breast cancer patients
    http://www.centreducancer.be/fr/s/8/108/Liste+des+%C3%A9tudes+en+cours (2013-03-20)