archive-be.com » BE » B » BIRA-IASB.BE

Total: 377

Choose link from "Titles, links and description words view":

Or switch to "Titles and links view".
  • Les ceintures de radiations de Van Allen | BIRA-IASB
    chargées très énergétiques émises par le Soleil Ces particules se retrouvent alors piégées dans deux régions bien précises de la magnétosphère appelées ceintures de Van Allen Elles tirent leur nom du physicien américain James Alfred Van Allen qui les a découvertes en 1958 grâce au premier satellite américain Explorer 1 La ceinture intérieure commence entre 300 et 1000 kilomètres du sol environ pour atteindre sa limite supérieure à environ 10

    Original URL path: http://www.bira-iasb.be/fr/themes/systemesolaire/ceintures-radiations-cest-quoi.htm (2016-04-27)
    Open archived version from archive


  • Réveille-toi Rosetta | IASB
    l imagination des hommes depuis des temps immémoriaux Le noyau d une comète est composé de glace et de poussière et peut être considéré comme une boule de neige sale d une taille de quelques kilomètres Image credits ESA Lorsqu une comète s approche du Soleil elle se réchauffe Progressivement une plus grande quantité de glace du noyau cométaire commence à s évaporer Le gaz et la poussière ainsi relâchés forment l atmosphère cométaire La queue de la comète en fait il y a deux queues la queue ionique et la queue de poussière qui est visible depuis la Terre est créée par l interaction du gaz et de la poussière cométaire avec le Soleil Image credits ESA En mai Rosetta débutera son orbite autour de la comète La sonde prendra des photos et fera des mesures de l atmosphère cométaire L instrument ROSINA est spécialement conçu pour déterminer la composition de l atmosphère cométaire La lumière ultra violette du Soleil provoque toutes sortes de réactions chimiques dans le gaz Image credits ESA L IASB a développé un modèle informatique qui prend en compte ces réactions pour déterminer à l aide des mesures de ROSINA la composition de la matière s évaporant à la surface du noyau cométaire Rosetta transporte un petit atterrisseur appelé Philae qui descendra sur le noyau cométaire en novembre Les résultats du modèle informatique pourront alors être comparés avec les mesures de l atterrisseur Cela fournira des indications sur les processus chimiques et physiques qui se produisent dans l atmosphère cométaire Pourquoi les scientifiques ont ils hâte d examiner la comète de si près On estime que les comètes sont des sortes de fossiles qui remontent à l époque de la naissance du système solaire il y a plus de 4 milliards d années Tout comme

    Original URL path: http://www.bira-iasb.be/fr/nouvelles-presse/2014-01-20-rosetta-reveille.htm (2016-04-27)
    Open archived version from archive

  • Les aurores polaires | BIRA-IASB
    plus basses de l atmosphère en suivant les lignes du champ magnétique terrestre Quand elles percutent les particules neutres de notre atmosphère ces dernières sont alors excitées Résultat elles émettent de la lumière et c est ainsi qu au delà d un certain seuil les aurores deviennent visibles à l œil nu Aurora Credits Jan Curtis Ce type de phénomène est surtout visible dans les hautes latitudes L essentiel des aurores se produisent en effet dans ce qu on appelle l ovale auroral qui encercle la Terre à une latitude comprise entre 12 et 22 degrés autour des pôles magnétiques En Europe ce sont surtout les Scandinaves qui peuvent apprécier ce type de spectacle Mais il arrive que même en Belgique à quelque 40 degrés de latitude du pôle Nord des aurores soient visibles Cela se produit principalement lors du maximum d activité solaire Le secret des couleurs La couleur des aurores nous renseigne sur les éléments chimiques de notre atmosphère qui sont excités par les particules du vent solaire Les lignes de certaines aurores ne sont autres que la matérialisation des lignes du champ magnétique terrestre où sont accélérés les protons et les électrons du plasma solaire Les diverses

    Original URL path: http://www.bira-iasb.be/fr/themes/systemeterre/aurores.htm (2016-04-27)
    Open archived version from archive

  • Ionosphère, une région dans la haute atmosphère | BIRA-IASB
    Météo spatiale Missions spatiales Scénario de mission Design d instruments et technologie Mission opérations Data management L ionosphère une région dans la haute atmosphère Trois couches L ionosphère est habituellement divisée horizontalement en différentes couches baptisées D E et F dans lesquelles l ionisation croît avec l altitude Ces couches proviennent des différences de pénétrations dans l atmosphère des rayonnements solaires selon leur énergie La région D comprise entre 50 et 90 km d altitude renferme surtout des ions polyatomiques hydratés 10 2 10 4 ions cm La région E s étire de 90 à 150 km et contient des ions NO O 2 et des ions métalliques avec une densité oscillant entre 10 3 10 5 ions cm La région F 10 5 à 10 6 ions cm va de 150 à quasi 1000 kilomètres où elle se confond peu à peu avec la magnétosphère Photodissociation photoionisation Bien que l énergie intégrée des UV et des rayons X solaires représentent moins de 10 de l énergie totale que nous envoie notre étoile son interaction avec l atmosphère est considérable Par photodissociation cette énergie disloque des molécules atmosphériques pour donner naissance à de nouveaux constituants atomiques ou moléculaires Par photoionisation

    Original URL path: http://www.bira-iasb.be/fr/themes/systemeterre/ionosphere-region.htm (2016-04-27)
    Open archived version from archive

  • Perturbations dans le positionnement par satellites | BIRA-IASB
    lieu géographique l activité du Soleil Elle constitue un ensemble de couches conductrices sur lesquelles se réfléchissent les ondes radios C est à ce titre qu elle intéresse beaucoup les chercheurs Système de placement Galileo Credits ESA Du caractère de l ionosphère dépend en effet la qualité de communications radios traditionnelles A l heure des satellites on pourrait se demander si ce mode de communication ancien et par la même

    Original URL path: http://www.bira-iasb.be/fr/themes/systemeterre/ionosphere-gps.htm (2016-04-27)
    Open archived version from archive

  • Les aurores polaires | BIRA-IASB
    magnétique terrestre les aurores sont observées principalement dans les régions polaires En fonction de l énergie des électrons précipitant et de l origine des atomes cibles les aurores peuvent prendre diverses couleurs qui vont du vert pour les aurores créées à basse altitude au rouge pour celles à plus haute altitude Les émissions aurorales sont très dynamiques leur forme et leurs couleurs varient sur des échelles de temps d à peine quelques minutes Etudier la dynamique des aurores permet aux scientifiques de mieux comprendre le couplage complexe entre l ionosphère et la magnétosphère ainsi que les processus d accélération des électrons Modélisations A l IASB nous essayons d identifier les processus à l origine des arcs auroraux En particulier nous cherchons à identifier les générateurs d énergie qui accélèrent les électrons vers l ionosphère ainsi que la région de la magnétosphère d où ils sont originaires Pour cela nous développons des modèles théoriques et numériques de couplage entre la magnétosphère et l ionosphère A partir d un modèle de générateur et de données magnétosphériques obtenues par des satellites ces modèles permettent de prédire la position la largeur et l intensité lumineuse des aurores Ils prédisent également l intensité des courants électriques le long des lignes de champ ce qui nous permet d évaluer la quantité d énergie transférée de la magnétosphère vers l ionosphère et la haute atmosphère Image credits Cyril Simon Observations Les prédictions théoriques doivent être confrontées aux observations afin d être validées A l IASB nous utilisons des observations optiques et radar à partir du sol ainsi que des observations in situ obtenues par des satellites Les observations radar sont réalisées avec le radar EISCAT European Incoherent Scatter Radar localisé à Tromsø au nord de la Norvège tandis que les observations optiques sont obtenues grâce aux stations

    Original URL path: http://www.bira-iasb.be/fr/themes/systemeterre/aurore-mystere.htm (2016-04-27)
    Open archived version from archive

  • Couches atmosphériques| BIRA-IASB
    rayonnement électromagnétique peut aussi lui être très dommageable C est le cas des UV Ceux ci sont en grande partie filtrés par l atmosphère Leur absorption chauffe ainsi diverses zones de l atmosphère La répartition de ces zones de chauffage détermine ce qu on appelle un profil de température Il sert à distinguer les diverses couches atmosphériques La première de ces régions en partant du sol est la troposphère de

    Original URL path: http://www.bira-iasb.be/fr/themes/systemeterre/atmo-couche.htm (2016-04-27)
    Open archived version from archive

  • Les couches atmosphériques >> Mésosphère | BIRA-IASB
    troposphère elle se caractérise par une température décroissante au fur et à mesure que l altitude augmente C est à sa limite supérieure que l on trouve les températures les plus basses de l atmosphère terrestre la température peut y descendre localement jusque 100 K 173 C C est également dans la mésosphère que les corps étrangers météorites vaisseaux spatiaux entrant dans l atmosphère commencent à s échauffer Ces objets

    Original URL path: http://www.bira-iasb.be/fr/themes/systemeterre/atmo-meso.htm (2016-04-27)
    Open archived version from archive